National Politique Une

5e mandat : quand le MALG s’y oppose

Ecrit par Hichem B

Le 5e mandat pour Bouteflika a fait l’unanimité contre lui. Après les dizaines d’appels d’associations, de syndicats et de la société pour rejeter cette option, avec le système en entier, voici venu le temps des alliés naturels du régime de s’y opposer.

Ce début de soirée, ce sont les anciens du Ministère de l’Armement et des Liaisons générales (MALG) qui s’en démarque. Dans un communiqué de l’Association, il est que «  »nous partageons la colère du peuple devant le mépris et le refus affiché par le pouvoir face à sa demande de changement irrévocable ».

Devant cet élan irrésistible et cette volonté exprimée, il n’y a plus de place aux atermoiements et aux manœuvres dilatoires pour perpétuer un système qui a atteint ses limites  et qui risque de mener le pays à l’aventure et aux plus graves périls », écrivent encore les anciens malgaches. « Par cette mobilisation, estime-t-on dans le communiqué, le peuple a dévoilé  le rejet pur et simple du cinquième mandat et tout ce qui va avec ».

Pour rappel, le MALG sur lequel s’est appuyé une poignée de militaire stationnée à Oujda au Maroc depuis la fin des années 50 pour s’emparer par la force de l’Indépendance nationale, était le service de renseignement de l’ALN durant la guerre d’Algérie.

Le MALG, sous la direction de Boussouf, était organe du Front de libération nationale, était rattaché directement à l’état major général de Boumédiene ancêtre de la redoutable Sécurité militaire (SM), puis du département du Renseignement et de la Sécurité (DRS). Le MALG qui constitue le réservoir des hommes du pouvoir, y compris actuellement sort de sa réserve, à travers un communiqué, et dénonce, sans détour le 5e mandat pour Bouteflika.

Daho Ould Kablia, ancien ministre de l’Intérieur et président de l’Association des anciens du MALG

L’Association des anciens du MALG que préside l’ancien ministre de l’Intérieur, Daho Ould-Kablia considère que le pouvoir « s’entête » à maintenir un homme incapable d’assumer ses responsabilités constitutionnelles.

Le communiqué apporte son soutien aux manifestations citoyennes et mis en garde contre les velléités de répression.

A propos de l'auteur

Hichem B