Une

Abdou Semmar: mensonges contre les grâces du régime ?

Abdou Semmar: mensonges contre les grâces du régime ?
Ecrit par Boukhelifa Zahir

Les prochaines « élections présidentielles algériennes » d’Avril 2019 ont attiré les caméras des télévisions occidentales sur le cas algérien. Ainsi des personnalités exotiques au PAF (paysage audiovisuel français) se sont retrouvées sous les projecteurs pour « éclairer » l’opinion publique sur la nouvelle « échéance électorale majeure » en Algérie.

Le journaliste primo arrivant, Abdou Semmar réfugié depuis peu en France est devenu « la star des plateaux’ du moment. Lors de son passage sur le journal Afrique de TV5 monde, monsieur Semmar a pris beaucoup de liberté avec la vérité. Il a commencé par situer l’immigration algérienne vers 1990, même s’il conçoit à reconnaître quelques mouvements migratoires avant cette date. Occultant une tradition migratoire entamée depuis deux siècles, il s’est focalisé sur les années 90 pour introduire un mensonge tendancieux. Selon monsieur Semmar, 02 millions d’algériens ont quitté l’Algérie dans les années 90 et ce chiffre a connu un inflexion dans les années 2000. Ainsi selon lui, il y a plus d’Algériens qui ont fui pendant la décennie noire que tout au long des vingt ans de Bouteflika.

En analysant les chiffres fournis par le HCR, la réalité devient tout autre. A la lumière de ces statistiques on dénote un hausse moyenne de 50 000 réfugiés recensés entre 1992 et 1994 par rapport aux chiffres des années 1980.  Ces chiffres baissent à partir de 1995 pour revenir à 26379 et se stabiliser les années suivantes entre 20 000 à 15 000. Ces chiffres n’incluent pas les migrations économiques ou familiales et surtout la majorité des Algériens qui ont choisis de ne pas se faire connaitre auprès des organismes de demandeurs d’asile.  Nous somme très loin des deux millions annoncés par A. Semmar.

Dans son analyse de ces mêmes chiffres, additionnés à ceux fournis par d’autres administrations onusiennes, notamment les services d’immigrations canadiens, un Think-Thank américain Pew Research Center est arrivé aux résultats suivant: 110 000 Algériens ont fui l’Algérie entre 1992 et 1999 contre 840 000 pendant le règne de Bouteflika. Ainsi les accords de paix signés par Bouteflika ont fait fuir plus d’Algériens que la guerre contre les civils de la décennie noire.

A la lumière de ce constat on se demande pourquoi A.Semmar défend le système algérien avec lequel il se montre attendrissant? Pourquoi il n’a pas parlé de la présentation d’un cadre à la présidentielle lors du meeting de la coupole? Ne fait-il pas une offre de service au régime algérien pour être dans les bonnes grâces du bourreau Annis Rahmani?

autant de questions qui trouveront peut être des réponses dans l’évolution des rapports de forces après cette mascarade électorale d’Avril 2019.

Statistiques fournies par le CHR

Statistiques fournies par le HCR

Sources:

Haut commissariat au réfugié.

Huffpostmaghreb.

 

A propos de l'auteur

Boukhelifa Zahir