Agression d’un militant du MAK : « la révolution » au service de la répression

9

Un militant du MAK a été pris à partie, hier, à Bgayet, par des avocats. Ceux-là dont le métier devrait, en toute vraisemblance, être celui de la défense des droits et des libertés, s’enlise fatalement, dans une négation révoltante des droits des citoyens d’exprimer librement leurs opinion.

Ce n’est pas la première fois que des militants du MAK sont réprimés, insultés, invectivés…, mais voir des avocats s’attaquer violemment à un jeune militant « armé » du drapeau kabyle, incite à plus de réflexion sur les buts de ce soulèvement.

Ces mêmes avocats sortis de leur longue hibernation pour, disent-ils, dénoncer un régime politique scélérat et répressif, font, décidément, du zèle dans leur violence.

Ces « auxiliaires » de la justice algérienne qui a toujours fonctionné sous les ordres, ces mêmes avocats dont la notoriété se lisait, plutôt sur les visages de leurs mandants que sur le nombre d’affaires « gagnées », ces avocats dont l’engagement pour la liberté et les droits est à comparer avec celui des potentats du régime, viennent réaffirmer le caractère réfractaire de ce qu’ils appellent « le Hirak ».

Le MAK habitué à ces réactions intempestives du régime et de ses émules reste stoïque et défend son projet pacifiquement. Ce pacifisme que l’on reconnaît pourtant à ce soulèvement dont l’avenir reste incertain tant son essence est négationniste.

 

Incroyable mais vrai, c’est les avocats qui chassent les manifestants maintenant 😔😔😔 tout ça pour un drapeau. Ahlil ahlil, ma d wigi umiqqaren les élites 😢😢😢.

Publiée par Histoire de Kabylie, Pour Tous sur Mardi 21 mai 2019

 

Comments
Loading...