Aigle Azur : les vols annulés ne seront pas remboursés

12

La compagnie aérienne Aigle Azur ne peut pas garantir un dédommagement à ses clients qui ont acquis un billet dans la foulée de l’annonce de l’annulation de tous ses vols.

«La situation financière de la société et les difficultés opérationnelles en résultant ne permettent pas d’assurer les vols au-delà du (vendredi) 6 septembre au soir», a indiqué l’entreprise spécialiste des vols vers l’Algérie dans une communication à ses clients.

«Si vous effectuez un vol retour après le 6 septembre 2019, et ce quel que soit l’aéroport de départ, ce vol est annulé. Vous serez contraint d’acquérir un autre billet retour», a ajouté Aigle Azur, qui effectuera néanmoins encore 44 vols vendredi, principalement vers ou à partir de l’Algérie, et dont la liste est disponible sur le site.

Les clients sont donc invités à se rapprocher des mandataires judiciaires pour déclarer leur créance via le site internet, selon la compagnie qui se dit consciente des désagréments considérables de ces mesures et «présente à l’ensemble de ses clients ses plus sincères excuses».

Les passagers concernés «peuvent également se rapprocher de leur assurance existante dans le cadre des paiements par carte bancaire, pour obtenir le remboursement ou le dédommagement de leur billet », a ajouté l’entreprise.

Enfin, «pour les billets acquis auprès d’agences de voyage, il appartient aux passagers de se rapprocher de leur agence de voyage pour étudier les conditions de remboursement ou de remplacement ou de dédommagement, du billet annulé », selon la même source.

Il faut rappeler qu’Aigle Azur est en cessation d’activité et dans l’attente d’un repreneur. Aujourd’hui, Aigle Azur cloue tous ses avions au sol au risque de laisser des milliers de passagers bloqués. Si 44 vols doivent encore être assurés ce matin, les clients d’Aigle Azur devront ensuite se débrouiller. Plusieurs vols ont déjà été annulés depuis mardi. « Ce sont plusieurs milliers de personnes qui sont bloquées aujourd’hui », notamment « en Algérie et au Mali ».

Dans une situation critique, Aigle Azur, qui exploite de nombreuses liaisons vers l’Afrique, doit trouver un repreneur d’ici à lundi pour ne pas sombrer.  Sa trésorerie en Algérie – 15 millions d’euros- est notamment difficile à rapatrier, ce qui n’arrange pas ses affaires.

Comments
Loading...