Politique Une

Algérie, la fracture entre l’est l’ouest s’empire à l’approche des élections

Ali Ghediri: s'il était le vrai candidat du système ?
Ecrit par Boukhelifa Zahir

La guerre se dessine chaque jour un peu plus clairement entre les ennemis héréditaires au sein du régime algérien. La poigne de fer avec laquelle le candidat Bouteflika s’est imposé au début de son premier mandat s’effrite au vent en cette période de grandes manœuvres.

Rassuré d’avoir écarté tous les dangers sur sa route vers une mandature à vie. Le doute s’installe à nouveau parmi ses héritiers. Ils viennent de se rendre compte que même s’il avait réussi à écarter les têtes de liste à l’instar du général Toufik et de ses ennemis intimes du TBS, dans les officines secrètes les petites mains sont toujours à l’ œuvre.

Il s’avère que débaucher un Gaid Salah de son milieu naturel et le propulser sur le front aux côtés de quelques coopérants techniques Kabyles comme Ouyahia et À Benyounes n’est pas suffisant pour gagner la bataille.

Le réseaux sous terrain des faiseurs de troubles et premier générateur d’instabilité est toujours en place. Ce n’est les menaces d’un premier ministre qui ne lâche son gilet parballes qui dissuaderont la rue de ne pas gronder.

De ce fait, le trublion R Nekkaz est un bon révélateur de la température des rues algériennes. Sa traversée de l’Algérie d’ouest en est est un indicateur fiable. En effet si à Tlemcen il avait failli se faire lyncher par une foule acquise au président infirme, c’est une foule enthousiaste qui l’avait accueilli en héros Khenechla puis plus tard à Skikda et Annaba.

En marge de de ces manifestations le portrait géant du président sur le fronton de la mairie est arraché tout comme le maire est demis de ses fonctions. Le lendemain les imminents  représentant du candidat président sont chassés manu militari par la population.

Pendant ce temps, à Kherrata puis à Tichy en Kabylie l’armée de l’ombre chauffe les tambours pour la grande démonstration arbitrale, même si cet arbitrage est partial, celle qui penchera la balance du côté d’Ali Ghediri.

 

A propos de l'auteur

Boukhelifa Zahir