Culture National Une

Ali Amran: autopsie d’une manipulation

ali amrann timgad
Ecrit par Boukhelifa Zahir

Suite à la polémique suscitée par « le chahut de gamins » lors du concert d’Ali Amran à Timgad , l’artiste est revenu aujourd’hui pour détailler les péripéties d’une grossière manipulation. Nous reproduisons ici l’intégralité du message adressé par Ali Amran à ses fans en particulier et à l’opinion publique en général. Comme le titre donné par l’artiste résume bien la situation, nous avons décidé de le garder comme titre de cet article. 

Chers amis, chers fans, ne vous inquiétez pas, je vais très bien ; je vous remercie sincèrement de votre bienveillance. Rassurez vous, je n’ai pas été chassé du festival de Timgad ; j’ai été même très bien reçu ! A commencer par les membres du comité d’organisation du festival qui m’ont invité (à noter que c’est un comité local depuis 2 ans), les gens de la région que j’ai pu croiser, et bien sûr mes amis Chaouis, dont entre autres, Souhil Badreddine, Rachid Syphax et le chanteur Massinissa qui s’est produit le lendemain de mon passage. Encore plus surprenant (parce que si l’on se fie aux réseaux sociaux, j’aurais à peine échappé au lynchage !), le concert s’est super bien passé et le public réceptif !

Certes, il y a eu un petit moment où une partie du public a sifflé alors que je parlais de l’importance de l’histoire pour introduire la chanson Tidyanin. Mais le plus stupéfiant, et en même temps très révélateur, c’est que la vidéo qui a déclenché la polémique n’a montré que ce petit passage de 26 secondes sur un show de plus de 40 minutes !

https://www.facebook.com/Eldjazairiaone/videos/468694997319010/

Encore mieux, elle a été filmée de la place des perturbateurs qui étaient visiblement missionnés puisqu’il n’y a qu’à cet endroit qu’on pouvait entendre quelques individus crier « dégage ».
Voici la vidéo complète de cette séquence ; elle n’est pas de bonne qualité mais elle remet bien les choses dans leur contexte :

https://youtu.be/hKLCVKHPgWE

 

Voici donc ce qui s’est passé dans la réalité.

Qu’en est-il du monde virtuel ?
La vidéo qui a été soigneusement préparée par « l’envoyé spécial à Timgad » a été diffusée par la chaîne de télévision El Djazairia One, puis publiée sur sa page Facebook. Elle est rapidement relayée par certaines pages kabyles et enclencha de suite une polémique sur l’anti-kabylisme, l’opportunité de ma présence à ce festival…etc.

Que peut-on déduire de ce qui précède ?
La manœuvre a été préparée et exécutée avec, le moins qu’on puisse dire, beaucoup de professionnalisme. Car, à part ce court laps de temps de quelques secondes et l’angle choisi pour filmer, elle n’aurait jamais pu produire l’effet escompté. D’ailleurs, je défie la télévision qui l’a diffusée de diffuser la totalité du concert pour que les gens se rendent compte d’eux même.
Quels sont les objectifs recherchés par cette manipulation ?
– 1er niveau : me discréditer en tant qu’artiste engagé, et porter atteinte à mon image. Mais aussi, me dissuader de me produire en dehors de la kabylie d’où je viens.
– 2ème niveau : Créer de la discorde et de l’animosité entre les kabyles et les chaouis chez qui s’est déroulé le festival. Car, l’union de ces deux régions, qui restent les deux plus grands ensembles berbérophones en Algérie, dans le combat pour la reconnaissance de notre identité Amazighe donne des cauchemars aux fossoyeurs de notre histoire.
– 3ème niveau : alimenter la stratégie de division de la révolution pacifique en cours en poussant la Kabylie à se désolidariser du reste du mouvement populaire historique qui la rejetterait à travers ma personne: le mot « dégage » n’est pas fortuit dans la vidéo.
Voilà mes chers amis, ce que je pense de cette histoire. La période actuelle est tellement sensible et propice à toute sorte de manipulations qu’il est recommandé fortement de rester vigilant et lucide pour ne pas tomber dans les pièges tendus à tous les coins.

Quant à ceux qui versent dans l’insulte et parlent de cachir, qui est sûrement leur met de prédilection, s’ils ne sont pas des mouches électroniques, ils ne sauraient être que des mouches tout court.
Ces clarifications apportées, je continue mon petit bonhomme de chemin artistique en homme libre défendant mes convictions la tête haute quel que soit l’endroit où je décide de m’arrêter. Anda nedda nbedd s lqedd.

https://www.facebook.com/thilleli.amazigh/videos/2956652047709341/
A partager en masse pour contrer leur intox.

Tanemmirt tameqqrant, ar tufat di lehna,

A propos de l'auteur

Boukhelifa Zahir