Kabylie Politique Une

Amazigh Chouater, le détenu oublié des berbéristes du « Hirak »

amazigh chouater
Ecrit par Boukhelifa Zahir

Amazigh Chouater, jeune médecin originaire de Sétif croupit toujours dans les geôles algériennes. Son tort est d’avoir affiché le drapeau amazigh dans son cabinet médical. Comme des dizaines, il a osé défier l’interdiction du drapeau amazigh décrété par le chef suprême de l’armée Gaïd Salah.

Si la mobilisation pour libérer ces détenus est à l’initiative des habitants des localités dont sont originaires ces détenus. Le cas de Amazigh Chouater est tombé dans les oubliettes de la mobilisation. Aucune pancarte portantt son effigie ou son nom n’est brandi dans les manifestations de rues du vendredi ou mardi, pour les étudiants.

Est ce que c’est à cause des convictions indépendantistes de ce détenu que les berbéristes du « Hirak », pourtant nombreux, ont opté pour cette amnésie dirigée? Défendre un indépendantiste kabyle, arrêté au même titre que les autres et pour les mêmes motifs, serait-il une compromission pour eux? Même si les indépendantistes kabyles ne sont pas les fervents défenseurs du Xawa-Xawa, il ne demeure néanmoins que toute solidarité sélective va à l’encontre des intérêts de la cause défendue.

A propos de l'auteur

Boukhelifa Zahir