APN : des députés refusent de participer au Fond de solidarité de lutte contre le Covid-19

542

Des « élus » à la chambre basse du Parlement algérien (APN) refusent de faire don d’un mois de leur salaire pour le fond créé pour lutter contre la pandémie du coronavirus. Ils sont une trentaine à avoir exprimé leur opposition à participer à cet effort qu’a sollicité le gouvernement pour faire face au Covid-19.

L’information rapporté, ce samedi, par la presse algérienne n’a pas spécifié les raisons de ce refus et encore mois l’appartenance politique de ces députés. Toutefois, les critiques essuyé par « ces élus » sont acerbes, notamment leur illégitimité, puisque le Parlement croupion est hérité de l’ère de Bouteflika, chassé du pouvoir en avril de l’année dernière.

Les députés algériennes, élus à chaque fois lors d’un hold-up électoral et la carte de l’APN est de tout temps dessinée par les services secrets pour mieux asseoir leur main-mise sur la vie politique nationale, sont payés en indemnités qui équivaut à 400.000 Da le mois, avec des primes pour les chefs de groupes, les présidents et les vices-présidents de commission.

Dans ces indemnités, sont inclus les loyers, le panier, le transport, et ce, avec la prise ne charge totale dont bénéficient les « élus » du peuple. Ce refus, considéré à juste titre, comme une preuve du fossé qui sépare le citoyen de ses « élus », en est aussi une manière de confirmer que cette boite d’enregistrement est issue de l’argent sale. Un « député » qui a acheté son poste à plusieurs millions de dinars payés rubis sur ongle aux chefs de partis, a toute la latitude de refuser de participer « à l’effort » national, tant sa présence dans cet hémicycle est d’abord une affaire d’argent.

Comments
Loading...