National Politique Une

Attaques contre Benghebrit : quand Hafidh Derradji se fait hara-kiri

Ecrit par Hichem B

Dans un post sur sa page Facebook, le commentateur sportif vedette Hafidh Derradji, a dénoncé l’interdiction de la prière dans les écoles décidée par la ministre algérienne de l’éducation nationale Nouria Benghebrit. Il justifie son soutien au courant obscurantiste islamiste dans cet énième attaque contre Benghebrit par un mensonge éhonté dénué du moindre soupçon de vérité. En effet il soutient qu’en Suède les écoles disposent de lieux de prières pour toutes les confessions y compris pour les musulmans.

La réalité c’est que la Suède dispensait des cours « du fait religieux », ce qui en aucun cas un prosélytisme religieux en milieux scolaire conformément à la loi scolaire de 1985. Hors cette loi a été complétement réécrite et votée au parlement le 22 juin 2010, en limitant les interventions de la sphère religieuses dans les milieux scolaires. Voilà pour le côté législatif de la question. Mais en regardant de près les chiffres, selon le dernier classement PISA (Programme for International Student Assessement) publié et auquel l’Algérie a participé. Cette dernière est classée avant dernière à la 69ème place juste avant…la République Dominicaine. Et à la dernière place du classement 2015 dans le domaine de « compréhension de l’écrit ».

Alors la même année la Suède s’est classée 26eme juste après la France et les Etats-Unis. Et elle consacre 6.5% de son Pib soit plus de 32 milliards de dollars américain ç l’éducation de ses enfants, contre un peu plus de 6 milliards pour l’Algérie. Au vue de ces statistiques, il devient risible de s’aventurer dans une comparaison entre les deux pays.

Mais quand on envoie ses enfants dans des écoles privées à Doha au Qatar, 56eme pays au classement de la PISA qui consacre 19 milliards de dollars pour éduquer ses génération futures. Hafidh Derradji ne peut être que d’accord avec les obscurantistes islamistes sur la question de l’école. Surtout c’est bien connu quand on sèche l’école on va au stade.

Z. B 

A propos de l'auteur

Hichem B