Take a fresh look at your lifestyle.

Atteinte à la mémoire du père de Ferhat Mehenni : les documents qui contredisent la propagande

61

Les attaques qui ciblent depuis un moment la Kabylie, notamment ses personnalités se reposent toutes sur des mensonges et des histoires faites de toute pièce. Après Abane Ramdane, c’est le passé héroïque du père de Ferhat Mehenni que la propagande veut salir. Le but : délégitimer le combat de son fils, militant infatigable des causes juste et de la cause kabyle.

Les seconds couteaux rameutés pour cette mission de propagande est d’abord un « journaliste » de la radio Coran. Un certain Fayçal Kerchouche. Ce dernier s’est dit détenteur de documents « authentiques » qui prouvent que le paternel de Ferhat Mehenni a été exécuté. La décision de son exécution a été prise par un tribunal mis sur pied par le colonel Amirouche.

Sans prendre la peine de vérifier les dates et même les régions des concernés, Fayçal Kerchouche, comme les  commanditaires, se sont engouffrés dans des approximations. Cela prouve, si besoin est, leur amateurisme, leur méconnaissance de l’histoire, leur fatuité, mais  révèle leurs desseins.

Dans ces documents que kab-news détient, il est précisé de la manière la plus claire le passé héroïque et révolutionnaire de la famille Mehenni de Maraghna, dans la région d’Illoulen Oumalou. en effet, les deux documents appartenant à l’archives de l’armée française datés du 28 mars 1956, précisent que la famille Mehenni comptait déjà deux rebelles. Il s’agit de Mehenni Mohand Ouramdane et son frère Mehenni Améziane. Ce dernier est le père de Ferhat.

Document numéro 1

Dans les mêmes documents de renseignements, il est mentionné le rôle des deux maquisards de la famille Mehenni en mars 1956 déjà. Pour Mehenni Mohand Ouramdane, le document souligne qu’il est un membre « du FLN, nuisible et notoire » qui « facilitent les incursions rebelles » dans la région d’Illoulen Oumalou.

Dans le second document, il est mentionné que Améziane Mehenni fils d’Amara (père et grand-père de Ferhat) était un collecteur de fonds pour le FLN. « Collecteurs de fonds donnant asile aux rebelles et facilitant leurs entreprises », est-il écrit. Ce même témoignages sur le rôle de la famille Mehenni de Maraghna dans la région d’Illoulen a été plusieurs fois donné par des citoyennes et des citoyens de la région. Le dernier en date était celui de la défunte Nna Ouiza, la veuve d’Améziane Mehenni, mère de Ferhat, décédée récemment.

Document numéro 2

Face donc à la propagande vile et infamante de ces cercles qui cherchent, non pas à fouiner dans le passé de leurs aïeuls pour dénicher un quelconque acte de bravoure, ils tentent vainement de salir le passé glorieux de la Kabylie. Quant à nous, nous répondrons pour chaque mensonge par des faits et des documents authentifiés. Le passé de nos aînés est une source de fierté pour nous et non une honte. Gloire à nos martyrs.

Comments
Loading...