Aucune plainte contre elle n’a abouti à une instruction : qui protège Naïma Salhi ?

793

Les plaintes déposées contre la raciste Naïma Salhi n’aboutissent pas. Nonobstant son immunité parlementaire, mais les plaintes ne sont parfois, même enregistrées. La preuve en est les avocats qui ont déposé plainte contre cette antikabyle, mais qui n’arrive toujours pas à faire bouger la justice. Dans un communiqué rendu public, Me Kader Houali et Me Sofiane Dekkal ainis que Salim Chait dénoncent cet état de fait.

Ils précisent que l’un d’eux s’est rendu au tribunal de Chéraga « le 4 janvier 2020 pour demander à la greffière des suites dans la plainte déposée contre Naima Salhi. Surprise. Le dossier a été renvoyé au tribunal de Boumerdes pour incompétence sans donner plus de détails », précisent-ils.

« Deux jours plus tard, soit le 6 janvier 2020, maître Houali se présente au tribunal de Boumerdes pour demander le sort de la plainte renvoyée par le tribunal de Chéraga, la greffière l’informe que la plainte est envoyée pour  enquête », ajoute le communiqué.

A noter que plusieurs autres plaintes ont été déposées par des citoyens contre Naïma Salhi au cours de cette semaine.

Ils ont rappelé que la plainte a été déposée le 6 juin 2019 au niveau du tribunal de Boumerdes. Le 7 juin 2019, elle a été envoyée pour « enquête » au niveau du commissariat central de la ville. Le 7 juillet 2019, soit un mois plus tard, l’enquête conclue que Naima Salhi ne serait pas résidente à Boumerdes mais à Chéraga à Alger.

Le lendemain le dossier de la plainte est envoyé au tribunal de Chéraga. Le 2 octobre 2019, nous avions publié un communiqué pour informer l’opinion que la plainte est perdue entre deux juridictions, puisque le 30 Août 2019, le procureur nous a informé qu’il n’y a aucune plainte à son niveau contre Naima Salhi, alors il s’est avéré que le dossier a été renvoyé à Boumerdes pour incompétence le 8 Août 2019 selon la greffière du tribunal.

Pourquoi les deux procureurs de la République, qui devraient s’autosaisir dans l’affaire de cette délinquante politique qui prêche le racisme et la haine, refusent de faire aboutir notre plainte ? De quoi ont-ils peur ? Qui protège Naima Salhi qui n’épargne personne dans sa guerre de croisade contre la Kabylie?

« Dans un moment où des détenus politiques croupissent en prison pour avoir exprimé une opinion, des promoteurs du racisme et de la haine qui est un délit passible de justice, jouissent de l’impunité totale », écrivent-ils.

Comments
Loading...