Economie Kabylie Une

Aujourd’hui à Bgayet : marche de soutien à Rebrab

Ecrit par Juba Amnay

C’est ce jeudi que la Coordination Nationale des Comités de Soutien aux travailleurs de Cevital et aux investissements économiques, organise une marche de soutien à Issad Rebrab. Dans son communiqué, la Coordination a expliqué que le lundi 22 avril 2019, contre toute attente, Issad Rebrab s’est vu contraint de comparaître devant tribunal de Sidi M’hamed.

A 21H00, il a été entendu par le procureur de la république sous prétexte d’une surfacturation d’équipements importés. Au petit matin, il a été incarcéré à la prison d’El Harache. En réponse à cet arbitraire, les travailleurs de Cevital soutenus par les populations de Béjaia, Blida, Bouira, Tizi-Ouzou sont descendues dans la rue pour crier à l’injustice. Sur les banderoles était écris : »Libérez Rebrab, emprisonnez said Bouteflika », « Ceux qui ont importé la cocaïne sont en liberté. Ceux qui ont importé des machines sont en prison. »

La coordination s’interroge sur « quels éléments se base la justice pour arrêter Issad Rebrab? ». « Nous rappelons que l’affaire dite EvCon concerne un litige entre les services des douanes et Cevital sur le prix de deux machines importées. Ces prototypes de presses pour cadres membranes EvCon de 3e génération n’ont pas de point de comparaison ».

« Issad Rebrab avait tous les moyens de s’épanouir sous de meilleurs cieux mais il est resté dans son pays où Il a considérablement investi. Malheureusement après avoir été freiné, diffamé il a été emprisonné sans jamais avoir été impliqué dans une affaire de corruption, de détournement ou de dilapidation de deniers publics. Quelle injustice faite à ce formidable homme d’affaires qui force l’admiration du monde ! », souligne le communiqué.

« De quoi s’agit-il alors si ce n’est un règlement de compte au relent politique. En effet, il est devenu un problème pour les décideurs dès lors qu’il activait ouvertement pour une transition de l’économie de la rente pétrolière vers une économie de production. Mais les partisans de la rente ont décidé autrement ! Ils l’ont mis en prison ! Voilà ce qui arrive à ceux qui souhaitent créer de la richesse et des emplois », ajoute le communiqué.

 

 

A propos de l'auteur

Juba Amnay