Economie Politique Une

Cevital: une annulation et des interrogations

Cevital: une annulation et des interrogations
Ecrit par Boukhelifa Zahir

L’annonce de l’annulation de la marche de Cevital, prévue pour demain 05 mars (Lire l’article) pour protester contre le blocage économique de la Kabylie soulève beaucoup de questions. Est-il possible pour un mouvement populaire légitime d’abdiquer face à la menace d’un cercle de voyous ?

Quelle idée se font M Issad Rebrab et son comité de soutien de la lutte politique pour un idéal primo, républicain ? Certes il y a une menace identifiée de volonté d’embraser la Kabylie lors de cette marche. Mais n’était-il pas plus judicieux d’informer l’opinion et de les instruire à la dépasser ?

La rue kabyle est assez mâture pour ne pas se faire dicter la manière pour la tenue de ses démonstrations de forces.

Le bras de fer avec le système est engagé et son issue est incertaine. Renoncer en si bon chemin, c’est encore une fois rater un rendez-vous avec l’histoire. Renoncer à marcher pour son idéal politique c’est donner la victoire sur un plateau d’argent à ses ennemis.

Si M Rebrab et son comité se battent pour le peuple, cette annulation est une faute politique. Si ces derniers se battent par contre, pour quelques usines et quelques milliards de plus, qu’ils nous l’explique.

Les guerres qu’on ne gagne pas, sont toujours celles qu’on mène pas.

 

 

A propos de l'auteur

Boukhelifa Zahir