Contribution/ Réponse au Palestinien rejetant tamazight/ « souveraineté nationale dites-vous », par Djamel Ferdjellah

12 903

Un réfugié palestinien, profitant de l’hospitalité que lui offre l’Algérie en raison de notre soutien légendaire à la cause de son pays, vient de s’autoriser une intrusion inappropriée dans la controverse qui tient lieu de débat autour du projet de constitution. Passant outre l’obligation de réserve que lui confère son statut d’expatrié, celui ci mû par ses certitudes arabo-baathistes est venu nous seriner ses leçons, sur ce que doit être notre personnalité nationale. Selon ses fantasmes, la définition de notre identité devrait être dépouillée de son ferment essentiel qui est l’amazighité, pour lui substituer un ersatz de l’idéologie arabo-islamique nourrit à la sauce moyen orientale.

A lire également : Rejet de tamazight : un Palestinien s’en mêle

Ce saltimbanque errant, aurait été mieux inspiré de contribuer à l’effort du peuple palestinien à recouvrer sa partie spoliée, que de s’immiscer de manière scandaleuse dans des affaires qui relèvent de la souveraineté des Etats. Il a préféré le confort de la lutte derrière un clavier d’ordinateur loin du théâtre des opérations, que d’avoir à s’exposer aux risques qu’imposent tout engagement de libération nationale. Prosaïquement, comment est on arrivé au point où un quidam, abusant de notre générosité, en vienne à semer la confusion autour d’une question aussi lancinante que l’identité. C’est d’ailleurs au moment où tamazight est inscrite dans tous les textes officiels du pays et à l’instant où elle fait consensus dans le corpus social, que par cette intrusion, celui ci tente de semer le trouble dans les esprits.
Les raisons sont aussi nombreuses que variées, elles remontent à des temps anciens où le déni de soi était le maître mot qui a fait que, des algériens pouvaient se revendiquer de toutes les races sauf de leur identité propre.

Il était de bon ton de s’identifier à l’égyptien, au yéménite ensuite à l’afghan, l’Iranien et maintenant au saoudien, que d’assumer son algerianité avec sa composante essentielle l’amazighité. Tout ceci a été le fruit d’une aliénation collective et plusieurs fois décennales, qui a conduit de jeunes Algériens à prendre les armes contre leur propres frères, au nom d’une idéologie moyenâgeuse importée des fins fonds désertiques d’Arabie. La Kabylie n’a t’elle pas été traumatisée par le silence hallucinant de l’immense majorité de notre peuple au moment des expéditions meurtrières du régime qui avaient fait 127 morts et des centaines de mutilés durant le printemps noir en 2001. Alors qu’en parallèle, la moindre exaction de l’armée israélienne en Palestine, faisait sortir instinctivement des milliers d’Algériens. L’aliénation d’un peuple à un prix qui se mesure à l’aune du repli sur soi ou carrément de la dépersonnalisation.

A lire aussi : Officialisation de tamazight : déchaînement de haine contre la Kabylie 

Elle nous a donné à voir comment des algériens en sont arrivés à siffler kassaman et glorifier l’hymne palestinien, à l’occasion d’un match de football entre l’équipe nationale et celle de la Palestine, joué au stade du 5 juillet. Boumedienne avait déclaré à l’occasion d’une de ses exaltations panarabistes, que l’Algérie se tenait aux côtés de la Palestine qu’elle ai tort ou raison  » Dhalima Oula Madhlouma ». Pour autant, c’est parce que mon pays a trop souffert des affres de l’occupation, que je ne me sens pas d’autres choix que de me positionner du côté du peuple palestinien qui se bat pour son droit à disposer d’un Etat. A la différence que mon soutien est motivé par la justesse de sa cause et non, parce que cette dernière revêt un caractère sectaire d’appartenance à une sphère civilisationnelle ou idéologique chimiques.

Ce pouvoir qui se montre si prompt à embastiller injustement de jeunes algériens, au nom du sacro-saint principe de défense de l’unité nationale, devrait faire valoir sa rigueur à l’endroit de ce ressortissant établit chez nous, qui s’est outrageusement immiscé dans un débat, dont les propos sont de nature à porter atteinte à la cohésion nationale.
Faute de quoi d’aucuns concluront à raison, que derrière le prétexte fallacieux de la défense des nobles principes de sauvegarde nationale, se cache des manœuvres sournoises dont l’objectif est de mettre au pas la société.

D. F

Comments
Loading...