Corruption : un ancien député du RCD interpellé

1 956

Les arrestations et les incarcérations des responsables politiques pour des faits de corruption ne concernent pas uniquement les ministres de Bouteflika. L’opération s’étend désormais même aux petits larbins du système qui se sont enrichis durant le long règne de Bouteflika.

La première cible de l’opération anti-corruption est Boussaâd Saraoui. Il est recherché depuis plusieurs mois et il a été arrêté la semaine dernière. Selon des informations, il sera présenté devant le juge instructeur près le tribunal de Tizi-Ouzou, dimanche.

A la tête de l’entreprise spécialisée dans le matériel médical TSM (technologie et service médicaux), Boussaâd Saraoui est poursuivi pour corruption et passation de marchés de gré à gré avec, notamment le wali de Sétif. Sauf que l’ascension de Boussaâd Saraoui a été assurée par Ould Ali El Hadi, surtout lorsque ce dernier était ministre de la Jeunesse et des sports.

Boussaâd Saraoui, ancien député du RCD, (1997-2002), a été élu après la désignation d’Amar Benyounès comme ministre de la Santé. Boussaâd Saraoui a été placé, pour rappel à la huitième place dans la liste du RCD qui avait glané, lors de ces législatives, 7 strapontin à l’APN.

A noter également que les dizaines de marchés raflés par TSM ne répondent presque plus aux dispositions de la loi. Selon des informations, c’était grâce à l’entremise d’Ould Ali qui agissait auprès des walis par l’intermédiaire d’un fonctionnaire de l’APN, A. Amirouche, qui « nouait » les contacts pour d’éventuels marchés.

Le fonctionnaire de l’APN assurait même des transferts de devises à Saraoui vers la France.

Comments
Loading...