Take a fresh look at your lifestyle.

Disparition du général Djamel Amroun, la thèse de l’assassinat se précise

63

le 11 septembre 2019, le général Djamel Amroun, directeur général des Dotations et habillements au sein de l’ANP, est retrouvé mort dans son bureau à Kherrouba. Agé de 52 ans, il est originaire du village Tagemmount Azouz en Kabylie. Dés l’annonce de son décès la chaîne pro-système Ennahar a annoncé le suicide comme cause de cette tragédie. D’autres voix se sont élevées pour réfuter cette thèse et avancer celle d’un assassinat.

Selon le frère de la victime, la famille ne croit pas en la version du suicide puisque aucun signe avant-coureur ne présageait un passage à l’acte. La victime n’était ni dépressive, ni sous la menace d’aucune sorte que se soit. C’est ainsi que quand les militaires ont rendu la dépouille mortelle du général sous une bonne escorte. Selon les témoins, le frère du défunt, malgré la surveillance et l’opposition des soldats gardiens du cercueil, a réussi a enlevé les scellé et inspecter le corps de son frère. Ce qu’il aurait découvert contredit radicalement la thèse officielle du suicide.

Il aurait découvert deux orifices causés par une arme à feu au niveau de la tête, correspondant à deux chemins de balles, qui auraient causé la mort. Ainsi qu’un gros hématome sur un œil et d’autres traces de coups dans différents endroits du corps. Ce qui indique que la victime a résisté à ses agresseurs.

Les indices découverts par le frère de la victime accréditent la thèse de l’assassinat. Ces mêmes indices sont tus par les médecins légistes qui ont pratiqué l’autopsie pour des raisons obscures.

 

Comments
Loading...