Drapeau amazigh piétiné à Paris : ce qu’il faut savoir sur les auteurs

417

Un groupe de jeunes immigrés a posté une photo sur les réseaux sociaux où il brandissaient le drapeau algérien. Sur la même photo, ce même groupe piétinaient le drapeau fédéral amazigh en faisant un signe de la main (salut militaire). Le message est compris. Car la photo a été prise en hommage à Ahmed Gaïd Salah, décédé au cours de la semaine dernière.

En piétinant le drapeau amazigh, ce groupe savait qu’il allait provoquer l’ire, notamment des Kabyles.  Après une enquête sur l’identité de ces jeunes immigrés, nos investigations ont abouti à identifier chacun et à comprendre les accointances de ce groupe avec les initiateurs de l’opération « Zéro kabyle ».

Quelques messages de Nacer Boussedjrari.

En effet, les éléments de ce groupe n’ont rien à envier à petits flatteurs du bas instincts antikabyle que sème depuis des mois Naïma Salhi, laquelle dans sa dernière effronterie a appelé à l’extermination des Kabyles. Un appel clair et assumé à une guerre contre la Kabylie qu’elle a accusé de « mauvaise race de juifs ».

Pour ce groupe qui a piétiné le drapeau amazigh à partir d’un capitale européenne que les « badissistes » présentent comme la capitale du pays ennemi. Loin s’en faut, notre enquête a démontré que cette prise de position n’est autre qu’une manière de rendre « la belle » à un régime qui a fait d’eux de riches expatriés.

Omar Boussedjarari avec son père

En effet, ce groupe est composé de fils de responsables proches du régime algérien. Originaire de l’Oranais, d’ailleurs, c’est la-bas où les attaques contre les manifestants ont commencé. Ce groupe de petits voyous est en étroite relation avec ceux de la ville d’Oran qui s’attaquent chaque vendredi aux manifestants kabyles résidents à Oran.

L’un d’eux s’appelle Omar Boussedjrari. Il est le fils d’un responsable FLN à la ville d’Oran et président de l’équipe de Handball d’Oran. Voir photo ci-dessous.

Nacer Boussedjrari est le fils d’Omar, militant et responsable FLN à Oran.

Son père est le président du Mouloudia club d’Oran de handball. Bizarrement il vit en France et c’est depuis Paris il dirige l’équipe d’Oran de handball. Ce même club a été racheté par Naftal à coup de milliards de dinars que  Nacereddine Boussedjrari a encaissé pour installer sa famille en France. A noter que les autres membres du groupes sont des enfants de soutien du régime algérien de la famille du FLN.

 

L’équipe de hand d’Oran achetée par Naftal.
Comments
Loading...