Kabylie On vous le dit Tamazight Une

Entretien avec Kamira Nait Sid présidente du Congrès mondial amazigh (CMA)

Ecrit par Hichem B

Kamira Nait est militante et actuelle président du Congrès mondial amazigh (CMA). Elle traite dans cet entretien la situation politique en Algérie et l’escalade dans la violence et la répression qui visent la Kabylie et le fait amazigh en général.  

  • Plusieurs manifestants croupissent en prison pour avoir brandit le drapeau amazigh. Ils sont accusés d’atteinte à l’unité nationale. Une réaction sur ces agissements ? 

Kamira Nait Sid : Pour rappel, Le drapeau Amazigh a été crée par l’Académie berbère dans les année 70 et officialisé par  le Congrès mondial amazigh en 1998  à Tafira dans les Îles Canaries. Les violences et le racisme d’Etat en Algérie à l’encontre des Amazighs en général et kabyles en particuliers ne  date pas d’aujourd’hui. Rappelons la répression de Printemps 80, l’assassinat de plus de 128 jeunes en 2001 en Kabylie, de plusieurs Mozbite en 2015, les arrestations systématiques des militants amazighs a Ghardaïa et des militants des droits humains et militants du MAK en  Kabylie et dernièrement l’assassinat du militant mozabite Dr Kameddine Fekhar, alors pour nous, ce n’est pas nouveau cette haine et racisme anti amazigh. Ce pouvoir et à sa tête le général Gaid Salah, auquel le peuple dit « dégage », ne sait pas quoi faire pour essayer de détourner l’attention des Algériens et de casser le mouvement populaire. Alors, il s’attaque aux amazighs pour faire diversion. Ces arrestations n’ont aucune base légale. C’est donc Gaid Salah qui est hors la loi. Gaid Salah qui a été complice de Bouteflika pendant 20 ans, doit être arrêté, jugé et condamné.

  • Le CMA a condamné ces arrestations et a annoncé que des plaintes seront déposées contre des responsables. Peut-on avoir des détails ? 

Les plaintes sont en préparation au niveau de l’ONU. Devant l’ONU, le CMA portera plainte contre le pouvoir actuel algérien représenté par Gaïd Salah, notamment pour « torture et mauvais traitements ayant entraîné la mort de Kamel-Eddine Fekhar, pour arrestations et détentions arbitraires, incitation à la haine raciale. Avec l’aide d’ONG européennes, nous préparons des dossiers de plainte au pénal, devant un tribunal ayant compétence universelle pour la responsabilité des autorités actuelles dans la mort de Kamel-Edine Fekhar mais aussi devant la Cour pénale internationale pour les Mozabites tués notamment en 2015.

  • Lors de la marche d’hier, on a assisté à une vraie chasse au drapeau amazigh et aux Kabyles, quelle est votre réaction ? 

C’est un pouvoir qui a perdu la tête et qui cherche à mettre le feu, à semer le chaos qui détruirait le pays plutôt que de dégager. Gaïd Salah est un homme dangereux non seulement pour les Amazighs mais pour toute l’Algérie. C’est pourquoi j’appelle Imazighen à ne pas céder aux provocations du pouvoir mais aussi à ne pas lâcher la pression pour chasser ce système anti-amazighs

  • L’Algérie vit un soulèvement citoyen depuis quatre mois. Espérez vous une issue positive pour les Amazighs? 

L’issue de cette mobilisation qui appelle à un changement radical du système, à l’instauration de la démocratie, de la liberté d’expression, le respect des droits humains et l’Etat de droit, espérant quelle sera bénéfique. N’oublions pas que depuis l’indépendance de l’Algérie, les Amazighs et les Kabyles en particulier, ont toujours réclamé la démocratie, la liberté et l’Etat de droit et, c’est ce que les Algériens revendiquent en 2019. Et nous insistons sur le fait, il ne peut y avoir de nouvelle Algérie ou un réel changement  sans le respect  de l’identité amazighe.  M-ulac tamazight ulac ulac ulac. L’amazighité devra être traitée avec une parfaite égalité avec l’arabité, dans tous les domaines  et instaurer la culture de la démocratie, de la diversité, de la pluralité et des droits humains.

  • Un mot pour clore ?

Je demande aux amazigh en général et aux kabyles en particulier de rester vigilants et prudents pour déjouer la machination diabolique du pouvoir algérien et  nous exigeons  la libération immédiate et inconditionnelle des  inculpés et détenus d’opinion

A propos de l'auteur

Hichem B