On vous le dit Une

FFS : le nouveau premier secrétaire contesté

Ecrit par Hichem B

La désignation de Hakim Belassel au poste du premier secrétaire national du FFS ne fait pas l’unanimité au sein même de l’Instance présidentielle. Deux membres de ce directoire ont dénoncé la désignation de Hakim Belassel.

Sofiane Chioukh et Hayet Tayati, membres de l’Instance ont estimé, dans une déclaration qu’ils sont « surpris par le non respect de la plate-forme de négociation et des engagements pris de part et d’autre pour éviter une confrontation fratricide le jour de notre rassemblement pour un conseil extraordinaire du 8 mars et de plus d’un titre, de la décision et de la volte-face non statutaire prise par nos camarades : A. Laskri, B. Meziani et M.A Cherifi au nom de l’Instance Présidentielle, quant à la désignation de M. H. BELASSEL au poste de Premier Secrétaire National, sans réunion de l’Instance Présidentielle, dont nous faisons partie ».

Ils ont rappelé que l’article 47 des statuts stipule : «L’instance présidentielle exerce ses fonctions dans la collégialité. Elle incarne l’unité et veille au respect de la ligne politique du parti conformément aux résolutions du congrès national». Et par conséquent, soutiennent-ils « la décision, déjà citée, nulle et non avenue ».

« Cependant, nous appelons l’ensemble des militants à être mobilisés, déterminés et présents au conseil national extraordinaire du 22 mars, et nous les sollicitatons à accompagner le soulèvement populaire pour faire triompher notre droit à l’autodétermination et à l’avènement d’une deuxième république », affirment-ils.

A rappeler que le FFS vit dans une crise cyclique. Les exclusions de militants ne cessent d’alimenter la polémique au sein de ce parti, dans une conjoncture où il devrait, plutôt, accompagner le mouvement de soulèvement en Algérie.

A propos de l'auteur

Hichem B