Kabylie Politique

FFS : les députés s’attaquent à leur direction

Le FFS vit une crise depuis plusieurs mois.
Ecrit par Hichem B

Les députés du FFS ne vont pas quitter l’Assemblée et le Sénat. La décision de leur direction de se retirer de ces deux institutions est tout simplement rejetée par les élus de cette formation. Malgré la menace de la levée de la couverture politique aux élus récalcitrants, le groupe parlementaire du FFS refuse de céder devant ce qu’il a qualifié de chantage de la part de la direction de leur parti.

Dans une déclaration rendue publique à l’occasion de la convocation du conclave parlementaire pour acter la vacance du pouvoir depuis la démission de Bouteflika le 02 avril passé, une rencontre que les élus du FFS vont boycotter, ces députés ont pris à partie la direction de leur parti.

Dans la même déclaration, le groupe parlementaire du FFS a qualifié les décisions de la direction du parti « de pratiques staliniennes » d’un groupe » qui a « squatté la direction du parti » et qui « agi en violation des statuts ».

Les députés du FFs estiment que ce groupe à la tête du parti « est contesté par la base et par la majorité des cadres du conseil national ». « Il oeuvre à empêcher tout débat au sein du parti », accusent-ils encore. Ils disent qu’ils ne reconnaissent pas les décisions « unilatérales et anti-statutaires », de la direction.

Avec cette réplique des députés, c’est la crise au sein du FFS qui se corse et prend une nouvelle tournure. Pour rappel, Ali Laskri et Mohand amokrane Cherifi sont entrés en conflit avec plusieurs cadres du parti qu’ils ont fini, par exclure des rangs du FFS.

Cette crise a fait en sorte que le parti se trouve actuellement géré par deux entités. Une à l’instance et une autre au conseil national. Les militants de base estiment que le legs du défunt Hocine Ait Ahmed risque l’implosion si la crise vient à perdurer.

A propos de l'auteur

Hichem B