Il a détourné une charte signée par des militants : Saïd Sadi, l’intrigue et la manœuvre comme principes

879

Saïd Sadi ne veut surtout s’assagir. A 72 ans, l’homme n’arrive toujours pas à prendre de la hauteur et divorcer avec l’intrigue et la manœuvre. Inlassablement prompt à comploter, Saïd Sadi déçoit et désenchante plus qu’il n’agrée par son activisme de plus en plus suspicieux. Au milieu d’une tempête qu’il a lui-même provoqué, à partir de son exil européen, au sein du RCD, Sadi n’a pas perdu du temps pour trahir encore une fois. Pour mieux manager ses manigances, il est allé jusqu’à détourner un projet d’une charte citoyenne pour une Algérie libre et démocratique signée par des centaines de militants venus d’horizons politiques différents, à son profit.

En effet, cette charte dont le projet a été lancée par des militants de gauche, du FFS, d’anciens du RCD, d’ancien du MAK et des universitaires, Sadi en a fait un tremplin pour jeter les jalons d’une nouvelle formation qui viendra concurrencer avec le RCD de Mohcine Belabbès. La tâche n’étant pas facile puisque les initiateurs de la charte « connaissent » un peu trop l’ancien président du RCD pour l’honorer de toute leur confiance, Sadi ne s’est pas encombré de scrupule pour charger son frère Hend et arabe Aknine pour mener en bateau les initiateurs de la charte.

Ainsi, Hend Sadi chargé, comme plein d’autres, de revoir le texte en a profité du calendrier de son frère Saïd pour la rendre publique. Le journal Liberté, sous la dictée de Sadi, s’en était chargé de faire la promotion de … Saïd Sadi laissant sur le carreau les initiateurs. Ce projet que Sadi a détourné à son profit vise réellement deux objectifs. Se donner l’allure d’un homme rassembleur et ce après avoir torpillé toutes les initiatives du genre trois décennies durant. L’alliance entre le FFS et le RCD depuis son départ du parti en est la preuve supplémentaire.

Le second objectif visé est le ralliement de ses sbires au sein du RCD qu’il mobilise contre Mohcine Belabbès, comme les députés Yacine Aissouane, Lila Hadj-Arab et Hamid Ait Saïd pour mettre sur pied une nouvelle formation qui garantira des dividendes à toute la clique. Son fils Meziane est pressenti pour prendre la tête de la nouvelle formation, depuis que son rêve de remplacer son père à la tête du RCD s’est évaporé.

Nous nous suffirons pour le moment de ces informations. Nous y reviendrons dans nos prochaines éditions sur cette filouterie dont seul Saïd Sadi détient le secret et le savoir-faire.

Comments
Loading...