Il ne paraîtra désormais plus : fin de mission pour le journal Ennahar

778

Le journal Ennahar ne sera plus sur les étals. Après 13 années d’existence assurée, exclusivement par l’argent du contribuable, via l’Agence nationale d’édition et de publicité (ANEP), ce journal va cesser de paraître. C’est ce qu’ont annoncé ses responsables dans un communiqué.

A lire : le directeur d’Ennahar arrêté 

Ils ont expliqué que la situation financière du quotidien a fait en sorte qu’il sera, désormais « impossible de l’éditer ». Ils ont ajouté, également que le journal « n’a pas reçu de publicité étatique depuis le mois de février dernier ». Ils ont, également, ajouté que la situation sanitaire a pesé sur les ventes du journal du fait de la fermeture des kiosques.

A lire aussi : est-ce le début de la fin pour Ennahar ?

Au-delà de cet aspect, il faut souligner que depuis le départ du clan de Bouteflika, ce sont tous ses soutiens qui ont perdu la main-mise sur des secteurs variés. Ennahar qui s’est illustré par son antikabylisme et ses attaques répétées contre la Kabylie, notamment les souverainistes a fait de cet organe un porte-voix du pouvoir algérien.

A ne pas rater : deux journalistes d’Ennahar et d’El Bilad arrêtés pour corruption

Aucun opposant n’a été épargné par ce journal qui n’a jamais connu de limites dans ses insultes et invectives. Son directeur, Anis Rahmani est en prison depuis le mois de février écoulé. Il faut s’attendre également à la fermeture de la télévision éponyme. Un instrument de propagande de l’ancien régime.

Ne ratez pas également : Ennahar: une journaliste licenciée après un harcèlement sexuel   

A noter aussi que d’autres médias risquent de disparaître pour laisser place à d’autres qui seront les nouveaux chargés de missions.

Comments
Loading...