Interdit de tenir la réunion de son parti : Ali Benflis ou l’arroseur arrosé

36

Le parti de l’ancien chef du gouvernement, Ali Benflis, ne tiendra pas la réunion de son comité central. Les services de la wilaya d’Alger ont décidé d’opposer un niet catégorique à la demande du parrti de Benflis, Talaie El Hourriyet. Dans un communiqué de dénonciation, l’ancien chef du gouvernement qui a signé le décret interdisant toute manifestation dans la capitale, pacifique soit-elle, a expliqué que « Talaie El Hourriyet qui se préparait à tenir, le Jeudi 28 février courant, la 7e session ordinaire de son comité central, prévue de longue date, et qui avait réservé la salle de la coopérative des matériaux de construction de Zeralda, et déposé a cet effet, conformément a la législation en vigueur, une demande d’autorisation adressé au Wali d’Alger, en date du 13 février, soit 15 jours avant la date arrêtée pour la tenue de cette session a reçu, ce jour 26 février, soit 48 heures seulement avant la réunion, une communication téléphonique d’un fonctionnaire de la DRAG l’informant que le site avait été réquisitionné par la Wilaya d’Alger ».

Dans le même communiqué, le parti de Benflis indique qu’il « s’étonne qu’une telle demande pour une réunion statutaire d’un parti politique agréé puisse prendre autant de temps ». Il dénonce, également ce qu’il a qualifié « de dépassement inadmissible et prend à témoin l’opinion public pour cet abus de pouvoir caractérisé ». Il faut rappeler à cet effet que le décret signé par Ali Benflis en juin 2001 après l’historique marche de la Kabylie à Alger, n’a jamais été publié, revient 18 ans après pour interdire à son concepteur une activité politique. C’est finalement un effet boomerang ou l’histoire de l’arroseur arrosé. Il devrait avoir une pensée aux milliers, voire aux millions d’Algériens que son instruction a privé depuis près de deux décennies de manifester dans la capitale. 

Comments
Loading...