La chanteuse Djamila tire sa révérence

62

C’est l’une des voix kabyle les plus appréciées par les auditeurs de la chaîne II de la Radio nationale durant des années. C’est également cette voix qui portait les souffrances des femmes et qu’elle disait dans des chansons qui survivront immanquablement à celle qui les a interprétées. Elle c’est la chanteuse Djamila qui a tiré sa révérence à l’âge de 93 ans.

Née en 1926 au village At Bouhini dans la région de Yakouren, Djamila, cette petite orpheline de père savait que sa destinée n’était pas celle des autres femmes de son village. A 16 ans, elle plie bagages et quitte les hauteurs de Yakouren pour s’installer à Alger, où elle devait faire face à sa maman, ses frères et sœurs.

Très portée sur la chanson et le théâtre, elle laissa son don s’affermir à la radio Chaîne II, seul espace « d’expression » pour les artistes kabyles. elle fut introduite et elle fit l’une des meilleures voix féminine de la chorale « Tarbaât lxalat ».

Coriace comme le sont les montagnes qui l’ont vu naître, Djamila, de son vrai Djohra Boucène a su marquer la chanson kabyle par sa voix douce et ses textes. Elle est décédée à Alger, où elle s’était installée depuis sa venue dans les années 40. Djamila n’a jamais cessé d’être cette femme kabyle qui affrontait avec honneur et dignité la vie, les temps et les regards des autres.

L’année dernière, c’était son village qui lui a rendu un hommage à la hauteur de la valeur artistique de cette dame. Elle a également marqué le cinéma kabyle par ses nombreuses participations dans plusieurs films et feuilletons.

Comments
Loading...