La Dépêche de Kabylie : fin de mission !

374

Le journal d’Amara Benyounès ne sera plus sur les étals dans peu de temps. L’incarcération de son patron a déjà provoqué la crise au sein de son journal la Dépêche de Kabylie.

En effet, le quotidien que dirige le frère cadet d’Amar Benyounès, Idir, est en crise depuis quelques mois. Selon l’entourage de la Dépêche, le journal va fermer boutique dans quelques jours.

« Nous n’avons plus de publicité », se plaignait un journaliste de Tizi-Ouzou, contacté par kab-news. Pour ce journaliste, la décison de couper les vivres de l’Anep à la dépêche a précipité sa mort, car « cela s’ajoute à une gestion rédactionnelle des plus approximatives du quotidien ». Notre interlocuteur a avoué que la direction du journal a déjà informé sur son intention de déposer les bilan et mettre la clé sous paillasson.

Il faut noter que ce quotidien a été fondé en juin 2002 par Amara Benyounès, après sa sortie du RCD. Au début, il avait une liberté de ton, mais depuis l’élection présidentielle de 2004, la Dépêche a apporté un soutien aveugle à Bouteflika jusqu’à la chute de ce dernier en avril dernier.

Maintenu en vie grâce à la publicité étatique distribuée à la clientèle par l’Anep, l’emprisonnement d’Amara Benyounès a eu ses effets sur le journal. La chute du clan Bouteflika a emporté avec lui les appendices d’un système honni.

La Dépêche a joué le rôle d’apparatchik du régime en Kabylie avec son soutien à un Bouteflika qui a assassiné une centaine de jeunes kabyles une année avant sa création.

Comments
Loading...