La « justice » algérienne a égaré le dossier de la plainte contre Naïma Salhi

270

La plainte déposée le 09 juin 2019 par Salim CHAIT, Abdelkader HOUALI et Soufiane DEKKAL auprès du tribunal de Boumerdes est perdu dans les méandres de l’administration judiciaire. Transférée du tribunal de Boumerdes pour incompétence territoriale. Apparament la député de la haine antikabyle n’habite pas Boumerdes, mais à Cheraga.

Selon les trois protagonistes de cette plainte, cette dernière n’est pas encore parvenue sur le bureau du procureur trois mois après l’ouverture d’une instruction. C’est ce que leur a confirmé le procureur de Chéraga qui les a reçu le 30 septembre 2019.

Les protecteurs haut-placés de cette islamiste racistes empêchent toute progression de l’enquête. Dévoilant ainsi les arrières pensées génocidaires du nouveau système militaro-islamiste qui se met en place en Algérie.

Comments
Loading...