La mauvaise foi intellectuelle de Karim Tabou

568

Les propos tenus par Karim Tabou dans sa dernière vidéo ne sont pas innocents, ni dépourvus d’arrières pensées politiques. Faute de légitimité historique, il joue la carte du bon élève qui a appris sa leçon d’histoire. Tout en montrant par la même occasion « patte blanche » du « bon Algérien ». Karim Tabou sait que ces propos vont être mal interprétés, ou carrément rejeté par les progressistes. Mais importe peu la qualité du discours politique, ce qu’il cherche c’est de tailler dans le gras une bonne part de cette opinion publique inconsciente. Ce petit peuple drogué par les charlatans de l’Islam, produit par ce système depuis 1962.

Pourquoi emprunter à ce système sa rhétorique usée, usitée depuis des années. Karim tabou sait très bien que les conditions qui ont donné la déclaration de novembre ne sont pas les mêmes que celles que nous vivons de nos jours. l’Algérie du début des années cinquante est très différente de l’actuelle. Surtout la géopolitique mondiale de l’époque est à mille lieux de celle d’aujourd’hui.

Les novembristes étaient face à deux impératifs. Le premier est cette tentative de rallier les pays dits du monde musulman à leur cause. Le deuxième est de contrer l’islam officiel de la France coloniale, incarné par l’association des Oulémas musulmans. Des assimilationnistes notoires, opposés à toutes idées d’indépendance. De surcroît, ils connaissent le potentiel de violence que recèle l’islam. Ils ne vont pas laisser de côté un catalyseur aussi puissant de la guerre. Cette théorie se vérifie encore de nos jours.

Si changement y aura, pourquoi ne pas chercher le réel, le salvateur celui des lumières. Un leader politique doit innover et montrer la voie et non recycler les vieux clichés pour les resservir au prix du neuf. Il faut mettre fin à cette légendologie érigée en Histoire de la révolution et de l’Islam. Ce dernier même en petite dose, peut détruire une civilisation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comments
Loading...