Leurs titres de séjours en France sont pourtant prolongés : des étudiants bloqués par les autorités algériennes

1 378

Ils sont une cinquantaine d’étudiants, issus principalement de Kabylie, à être bloqués en Algérie. Le motif: leurs titres de séjours en France ont expiré depuis quelques jours pour certains, mais, les autorités françaises y ont décidé de les prolonger de 3 mois d’une manière automatique.

Sauf que les autorités algériennes n’ont pris en considération cette décision du ministère français de l’Intérieur (voir capture d’écran). Ainsi, les services de la PAF algérienne refusent l’embarquement de ces étudiants dans les avions français affrétés spécialement pour rapatrier les Français de l’étranger.

Les autorités françaises ont décidé de prolonger automatiquement les titres de séjours ayant expirés à partir de 16 mars dernier

Originaire, notamment de Bgayet, Tubiret et Sétif, ces étudiants ne savent plus à quelle autorité se plaindre pour qu’ils puissent rejoindre leur pays d’accueil et suivre normalement leurs études.

« Nous sommes bloqués et la PAF refuse de nous laisser embarquer dans les avions français, car, parfois, ils ont des places », témoignent ces étudiants, qui accusent les autorités algériennes « de ne pas prendre au sérieux » leur problème. « Nous risquons de perdre définitivement nos titres de séjours même s’ils sont prolongés », craignent-ils.

« La plus part est venue le mois de mars, soit juste avant le confinement et l’ordre de suspension des vols », précise une jeune étudiante de Bgayet, soulignant que le consulat ne répond pas à leurs doléances. « Un étudiant a été renvoyé de l’aéroport parce que son titre de séjours a expiré, alors que les autorités françaises ont décidé de les prolonger », a-t-elle ajouté.

La police française confirme le prolongement des titres de séjours des étrangers sur le sol français

Pourquoi les autorités algériennes refusent de laisser ces jeunes étudiants rejoindre la France? S’agit-il d’un acte antikabyle du fait que la majorité des étudiants sont issus de cette région. Rien n’exclut cette thèse, surtout que ces mêmes étudiants ont interpellé les consulats et ont même eu une confirmation de l’ambassade de France à Alger concernant la prolongation de leurs titres de séjours. Une décision que les autorités algériennes ne veulent pas respecter, alors qu’elle ne dépend aucunement de leur compétence.  Affaire à suivre…

 

 

Comments
Loading...