Limogeage de Abbés Ziri, DSP de Tizi-Ouzou : les explications farfelues du concerné

119

Abbés Ziri a finalement réagi aux informations données par kab-news. Comme à ses habitudes, c’est sa clientèle au sein de la presse qu’il sollicite pour la salle besogne. En effet, il a instruit un journaliste local d’un quotidien francophone pour donner sa version des faits liés  son limogeage.

Toute honte bue, Abbés Ziri a affirmé qu’il a quitté son poste de Directeur de la santé et de la population (DSP) sur sa demande. Alors que kab-news a déjà révélé les tentatives du même DSP pour se maintenir en poste. Dans le texte qu’il a remis au journaliste, il a indiqué que « les raisons de son départ sont strictement d’ordre salarial ». « J’ai demandé à partir parce que cela fait 30 mois que je n’ai pas été payé. Le contrôleur financier a voulu que je sois détaché, mais moi j’ai choisi le salaire le plus avantageux de professeur chef de service », a-t-il en effet dit. 

Il a ajouté que « si je suis détaché, je perds 140.000 de dinars. Quel est cet Algérien qui accepterait cela. C’est un abus de l’administration. Je suis victime de l’administration ». Avec ces affirmations Abbés Ziri ouvre ainsi un front avec sa tutelle, ministère de la Santé et celui de l’Enseignement supérieur aussi, et avec le contrôleur financier de la wilaya. Il met aussi en évidence « son penchant » vers l’argent que sur le service public. Est-il raisonnable qu’un responsable quitte son poste pour des « raisons salariales » en pleine pandémie ? 

De ce fait, Abbés Ziri s’est rendu coupable de « non-assistance »  personne en danger et de négligence. Pour revenir au blocage de son salaire, est-il raisonnable qu’un homme « patiente » 30 longs mois pour réclamer son droit? Pourquoi Abbés Ziri n’a rien fait avant la crise sanitaire ?

Après une minutieuse enquête menée auparavant par kab-news, il s’est avéré qu’Abbés Ziri percevait un indu salaire de plus de 280.000 DA durant de longues années. En effet, il était payé en tant qu’enseignant à l’université, en tant que chef de service à l’hôpital psychiatrique, mais aussi en tant qu’enseignant encadreur. L’année dernier, le contrôleur financier a refusé de signer les salaires des fonctionnaires de l’université à cause de l’indu salaire que percevait Abbés Ziri.

Il faut noter que cette réaction de l’ex-DSP se veut une réponse à notre article sur les raisons de son limogeage. Nous reviendrons ses tentatives avortées de convaincre certains responsables locaux et au sein du ministère de la Santé pour le nommer DSP au Sud du pays, surtout que son « protecteur », le SG du département, Berdjouane, de la Santé semble le lâcher.

Comments
Loading...