Maintien de Karim Tabou en détention : l’erreur fatale de Bouchachi

82

« Mustapha Bouchachi est responsable dans le maintien de Karim Tabou en détention ». C’est le constat fait par plusieurs avocats qui ont suivi le dossier de Tabou. En effet, l’avocat Bouchachi s’est rendu responsable du maintien de Tabou en détention par une erreur que d’aucuns estiment qu’elle est celle d’un novice et non d’un homme qui se veut être « l’icone » du soulèvement dans le pays.

Ainsi, la demande de la mise en liberté provisoire de Tabou étant rejetée par le tribunal, les avocats ont décidé de faire appel de cette décision à la Cour. La chambre d’accusation ayant reçu la plainte des avocats de Tabou, le mercredi dernier, a décidé de rendre la réponse le 25 décembre. Sauf que, précisent des avocats, la demande a été déposée le 1 décembre et la chambre d’accusation devait répondre dans un délai n’excédant pas les 20 jours, soit le 22, puisqu’elle la date du dépôt correspond à la date de l’enregistrement de la demande.

Lors des plaidoiries des avocats, le juge de la chambre d’accusation a renvoyé le prononcé de la réponse au 25 décembre, sauf que Me Bouchachi a attiré l’attention du juge sur cette date. Le délai de réponse étant dépassé le 25 décembre, Bouchachi a relevé cet aspect, donnant ainsi l’occasion à la justice de rectifier et de rendre sa décision le 22, conformément à la loi qui précise que la réponse doit être rendue au bout de 20 jours.

Les avocats contactés pour de plus amples explications sur cette procédure étaient unanimes à condamner Me Bouchachi. « Il n’avait pas à attirer l’attention de la justice sur cette erreur », disent-ils, ajoutant que sans Bouchachi qui avait aidé la justice à se corriger, « dépasser la date sera une lourde erreur ». « Cela pourrait entraîner et confirmerait le caractère arbitraire de la détention », ajoutent des avocats.

« En plaidant, Me Bouchachi a mis en évidence et a attiré l’attention qu’on mettant la mise en délibéré à la date du 25, constitue un dépassement du délai », nous explique un avocat, ajoutant que sur ce fait « la cour s’est ravisée et a rendu le rejet le 22 ». « Attirer l’attention du juge, Me Bouchachi a fait corriger à la justice une grave erreur et a rendu la libération de Tabou impossible actuellement », a expliqué une avocate.

Pourquoi Bouchachi a fait cela? Avait-il un intérêt particulier à garder Tabou en détention ? Seul le concerné pourra répondre à ces interrogations. Néanmoins et selon des avocats et des proches de la famille du détenu Karim Tabou, ce dernier « avait le moral au ras de pâquerettes », en apprenant que son maintien en détention est, en partie, provoqué par Bouchachi. « Il était dans tous ses états », nous a confié un avocat.

A rappeler que quelques jours après le meeting animé à Akfadou par plusieurs activistes, dont Tabou et Samir Belmari, ce dernier a tenu, lors d’une émission TV à se démarquer des déclaration de Tabou sur l’armée.

Comments
Loading...