Maintien de l’officialité de tamazight dans la Constitution : déchaînement de haine contre la Kabylie

17 016

La mouture de la future Constitution rendue publique par le pouvoir n’a pas suscité le débat attendu. En effet, la seule réaction qu’elle a pu susciter est celle de la haine, du racisme et l’antikabylisme. Toutes les réactions enregistrées concernant que tamazight et le maintien de son statut de seconde langue « officielle ». Rares sont qui ont évoqué les libertés et la justice.

A lire : des parents d’élèves s’opposent à l’enseignement de tamazight 

C’est un déchaînement de haine. Les attaques ciblent principalement la Kabylie. A cette annonce du maintien du statut de langue officielle pour Tamazight, le décès de l’artiste Idir a également suscité des réaction de la même nature. La mémoire de l’artiste n’a pas été épargnée par un déferlement d’insultes, d’attaques et de haine.

Concernant tamazight, imposé, faut-il le rappeler, grâce à un combat homérique mené des décennies durant par plusieurs générations de militants, les Algériens sont d’avis à maintenir un système politique honni et dictatorial à une seule condition : remettre en cause le statut officiel de tamazight.

A ne pas rater : Blida: des parents d’élèves manifestent contre l’enseignement de tamazight

Les réactions ne peuvent être considérées comme ‘infimes » ou « isolées ». Elles émanent d’une réaction concertée et appuyée sur les réseaux sociaux. Les auteurs n »‘ont pas pris la peine d’agir en pseudonymes. Ce sont des gens identifiés et connus pour leur haine du Kabyle.

A lire également : Lettre à la LICRA Pour une condamnation de l’État algérien pour racisme 

Après plus d’un an de manifestations publiques pour un changement « radical » du système, c’est la haine et l’antikabylisme qui s’est installé et ses démocratisé. Jamais la Kabylie n’a été ciblée avec autant de force et de violence comme cette fois-ci. Le propos n’est nullement politique, mais il renseigne sur la complexité de la situation et l’échec annoncé du mouvement populaire qui se veut « national ».

Lisez aussi : Tighremt, le seul journal en tamazight censuré   

Antikabylisme sur les réseaux sociaux
Pancarte exhibée par les parents d’élèves lors de la manifestation contre tamazight à Blida
Comments
Loading...