National Une

Médias : rififi chez le groupe de presse d’Ali Haddad

Ali Haddad, patron de l'ETRHB est actuellement en prison
Ecrit par Hichem B

Les journalistes exerçants au groupe le Temps d’Algérie appartenant à Ali Haddad se révoltent. Ils ne veulent plus de la ligne éditoriale imprimée à leur médias. Dans une déclaration, ils dénoncent le black-out sur les derniers événements et exigent un traitement rationnel de l’information. En voici le communiqué.

 

Le Collectif des journalistes des quotidiens Le Temps d’Algérie et Wakt El Djazair se démarque de la manière biaisée dont l’information est traitée par leurs deux rédactions.

Communiqué

Une dynamique historique extraordinaire s’est emparée de la société algérienne qui manifeste partout et en même temps son opposition à la candidature du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à un cinquième mandat.

Réuni aujourd’hui, 2 mars 2019, le Collectif des journalistes des quotidiens Le Temps d’Algérie et Wakt El Djazair, étant des enfants du peuple, salue cette mobilisation inédite et son caractère pacifique.

Lors des manifestations, des slogans contre la presse ont été lancés. Se sentant interpellés, nous nous démarquons de la manière biaisée dont l’information est traitée par nos deux rédactions.

L’information étant sacrée, et partant du principe que le citoyen a droit à une information juste, complète et objective, nous, journalistes des quotidiens Le Temps d’Algérie et Wakt El Djazair, exprimons notre attachement au traitement professionnel des évènements qui se déroulent dans le pays.

A propos de l'auteur

Hichem B