Kabylie National Une

Mise au point à l’intention de Youcef Benzatat/ Par Ahviv Mekdam

Ecrit par Juba Amnay

La Kabylie ne trahit pas les révolutions, elle les enfante

Encore une fois, vous vous attaquez toute honte bue et sans aucun scrupule et de manière insidieuse à la Kabylie. En réalité vous exécutez l’ordre de votre sieur militaire, indu général et président par défaut, qui a décidé d’interdire le drapeau amazigh dans les manifestations comme si la gabegie actuelle n’était pas causée par un régime politique dont le général en question était un serviteur zélé mais par un étendard de l’amazighité devenu symbole de résistance à l’ostracisme. Par votre pamphlet, vous essayez de légitimer l’arrestation de manifestants ayant brandi le drapeau amazigh, au passage un ancien maquisard également est en taule, lui qui n’a brandi aucun drapeau si ce n’est celui de dénonciation de vos chefs.

On est habitué à vos sautes d’humeur racistes et surtout nauséabondes sur tous les sites pro-islamistes et propagandistes ! Dites nous juste, il est de quel côté le Benflis, votre cheval de Troie un moment pour avoir un pied au gouvernement, et pour qui vous avez fait campagne quelques temps avant de lui fausser la route ? Est-il berbériste aujourd’hui puisque c’était lui même le porte-parole de Bouteflika lors de sa première intronisation, il était surtout son premier chef du gouvernement quand les forces de l’ordre algériennes tiraient sur les jeunes Kabyles qui réclamaient déjà le départ de Bouteflika et son régime. Les 127 jeunes assassinés n’étaient pas berbéristes, ils étaient inhumés même sous le drapeau algérien !

Dites-nous surtout où vous vous êtes terré quand « les berbéristes » réclamaient la démocratie et les Droits de l’homme pour l’Algérie en 80, en 85, en 89, en 91, en 94, en 98, en 2001 et en 2009 et souvent au prix du sang ? Ces berbéristes n’ont pas mené de combat pour la Kabylie exclusivement, ils l’ont fait pour toute l’Algérie. Les Droits de l’homme et la démocratie n’ont pas de couleur ethnique sauf dans l’esprit d’un écrivaillon haineux et bourré de préjugés. Je ne vais pas parler de 1949, de 1954 et et de 1963, votre génome n’était pas encore formé à moins que vous ne soyez l’incarnation directe d’un autre raciste anti-berbériste qui s’appelait Messali Hadj ! Si les Algériens « osent » défier la junte au pouvoir aujourd’hui, c’est grâce à ces « berbéristes » qui n’ont cessé de lutter depuis le putsch initial.

Je ne pense pas que « le clan » que vous défendez bec et ongle soit de votre côté en ces moments de troubles à moins qu’il soit aussi borné que vous et franchement, « Naïma Saleté » a au moins le courage de sa xénophobie, mais vous juste la certitude de votre lâcheté ! Je ne vous salue pas évidemment, car ceux qui trahissent, ceux qui ont déjà trahi, la révolution, ce sont des gens de votre espèce, ceux qui « sèment le trouble et la honte sur cette terre prospère, où beaucoup de mères ont souffert », pour reprendre le Rebelle assassiné Lounes Matoub.

En fait, c’est quoi les berbéristes ? Des authentiques nationalistes qui ont abandonné très jeunes leurs foyers pour déclencher déjà (encore !) une révolution qui marque à jamais l’histoire de l’humanité mais qui ont refusé de se soumettre au diktat Nasseriste ? Des étudiants et des syndicalistes qui ont refusé de troquer leur dignité pour des strapontins au temps du FLN et de la Sécurité militaire ou ces autochtones courageux qui refusent toujours de bannir leur identité au profit d’une chimérique et vaseuse nation arabe dont l’Algérie serait le pivot ? Et bien, non ! Vous parlez de fantasme de pureté ethnique, vous avez peut être raison mais pour une pourriture intellectuelle, elle existe vraiment et vous êtes une parfaite illustration.

À défaut de courage de s’attaquer à la Kabylie, bastion de la révolution, de toutes les révolutions, on se cache derrière le vocable de berbériste. Et bien oui, cette Kabylie qui vous donne l’urticaire restera là, libre et authentique, belle et rebelle ! C’est notre terre, après tout, l’Afrique du Nord entière est à nous également, nous enfants de Massinissa et de Dihya. Vous qui ne cessez de clamer que Palestine est une terre arabe, vous n’avez qu’à y aller et y installer ! Je ne pense pas que vous avez le courage de le faire, car les Palestiniens également font la différence entre un nationaliste et un barbouze.

A. M

A propos de l'auteur

Juba Amnay