Take a fresh look at your lifestyle.

Plainte contre Naïma Salhi, la police de la cybercriminalité saisie

21

Dans un communiqué rendu public aujourd’hui 24 juin par les trois initiateurs de la plainte contre la député islamiste Naïma Salhi, on apprend l’enquête est confiée à la cellule cybercriminalité du commissariat central de Boumerdes. Salim Chaït, Abdelkader Houali et Soufiane Dekkal ont eu une entrevue avec le procureur qui les rassura que l’enquête suit son cours avant de les diriger vers le greffe du tribunal. Ce dernier les informa que le dossier est transmis au central.

Malgré une propagande haineuse anti kabyle et amazighe, l’enquête s’enlise dans les arcanes de l’administration algérienne. Dans d’autres cas, notamment le cas de Slimane Bouhafs et Merzoug Touati, la justice s’est auto-saisie et par une procédure accélérée, les prévenus sont mis sous écrou le soir même.

Les trois militants des droits humain, protagonistes de cette action judiciaire, ont mis l’accent sur la nécessité de protéger le mouvement populaire de protestation contre toute tentative de division, que cette députée islamiste raciste semble servir. Elle serait selon eux l’instrument actionné par des parties occultes du pouvoir pour casser la dynamique citoyenne.

On apprend que la page officielle de la députée raciste est hors service, mais elle continue de propager la haine via d’autres pages.

De sources judiciaires, on apprend que le parquet de Vgayet va s’auto-saisir de l’affaire et des poursuites prochaines sont prévus par la chancellerie bougiote.

Comments
Loading...