Internationale Une

Pour une histoire de drapeaux : le chanteur-vedette Soolking se fait hara-kiri

Le chanteur-vedette Soolking Ouled El Bahdja met le doigt dans l’engrenage. Celui qui est devenu l’idole des jeunes manifestants algériens depuis sa célèbre chanson « La Liberté » s’est fait hara-kiri pour une histoire de drapeaux.

Ne savant pas quoi répondre à des critiques émanant de ses fans marocains, Soolking s’est enfoncé davantage. En effet, lors d’un spectacle qu’il a animé à Bilbao, le jeune artiste aurait brandi le drapeau marocain, algérien et celui du Sahara occidental.

Pour justifier ce qu’il a lui-même considéré comme « erreur » (écoutez la vidéo), il a souligné qu’il était « dans l’impossibilité de laisser par terre ce drapeau ». Le chanteur-vedette a précisé qu’il « pensait qu’il s’agissait du drapeau palestinien ».

Un justificatif qui conforterait bien ses détracteurs qui y voient dans « ces justificatifs » une prise de position contre le lutte du mouvement Polisario.

Soolking a souligné également qu' »on est tous des musulmans et des maghrébins », donc « point de politique » qu’il « ne maîtrise pas ». Cette sortie « ratée » de Soolking ne manquera pas d’alimenter la polémique sur un sujet qui divise et qui est en soi, le conflit dans la région.

 

A propos de l'auteur

Juba Amnay