Kabylie On vous le dit Sport Une

Enquête: Qui cherche la chute du président Cherif Mellal et de la JSK?

Ecrit par Boukhelifa Zahir

Depuis sa prise en main de l’équipe phare de Kabylie, la jeunesse sportive de Kabylie JSK, Cherif Mellal est victime d’une méchante campagne de déstabilisation. Elle est menée sur deux fronts: le premier se situe au niveau des instances « nationales » du football algérien et son ministère de tutelle. Le deuxième front est ouvert par les personnes malintentionnées internes à la JSK, dont des membres du CSA, des managers véreux de certains joueurs  et des pseudos associations de supporters.

Depuis que Cherif Mellal a imprimé une nouvelle feuille de route pour la JSK, la corporation du football algérien s’est ligué contre lui. Le franc-parler et les actions courageuses entreprises par le nouveau président ne sont pas du gout du pouvoir politique algérien. Ce dernier voit d’un mauvais œil la restitution de ce prestigieux club à ces vrais supporters qui sont des millions en Kabylie. Et surtout ce qui horrifie le pouvoir politique et ses relais locaux c’est que Cherfi Mellal a su refaire de la JSK un fer de lance du combat démocratique et identitaire.

Au delà de l’antikabylisme primaire et institutionnel, les régimes politiques successifs, donc ce qu’on appelle communément « le système », veut soustraire l’équipe du Djurdjura au travail de conscientisation des masses en lui choisissant des corrompus à la tête pour mieux les driver, comme c’était le cas avec l’ancienne direction. Il faut rappeler que cette dernière a offert le poste de président d’honneur à l’ancien président A Bouteflika.

Au niveau des instances national, le président de la ligue de football professionnel  Khair-Eddine Zetchi, est tout nommé pour trouver un motif et écarter définitivement Cherif Mellal de l’environnement de la JSK. L’affaire avec le CSC où le plaignant se retrouve soudainement au banc des accusés, est révélatrice des intentions du pouvoir algérien. Les correspondants locaux des « journaux » tels El Heddaf, El Hayet et Ennahar donnent de l’échos à tous les coups bas qui se trament contre le président de la JSK.

Localement des membres du Club Sportif Amateur (CSA) bloque toute initiative qui va dans le sens de la réelle professionnalisation du club et surtout l’ouverture du capital. Cette structure, pensée comme un village agricole des années 1970, ambitionne de gérer un club qui sans les nombreux blocages peut rivaliser avec les grands clubs européens.

Plus grave les comité de supporters, héritée de l’ancienne direction, digère mal la fin des petits privilèges dont ils bénéficiaient plus. Le monopole sur les tickets d’entrée au stade vendus au marché noir. Cherif Mellal a mis fin à la gratuité d’accès aux tribunes et les déplacements avec l’équipe au frais de « la princesse » pour ces « sandwicheurs » comme le désignent la rue kabyle.

Ainsi, à chaque niveau, du voyou de la rue aux grands nababs du sport et de la politique, chacun trouve son compte dans une gestion opaque de la JSK. L’opération main-propre menée par Mellal irrite beaucoup de gens et menace les intérêts d’une mafia organisée autour de magouilles financières et de complots politiques.

 

A propos de l'auteur

Boukhelifa Zahir