Kabylie Politique Une

RCD à l’APN : « j’y suis, j’y reste !»

Ecrit par Hichem B

Le parti de Mohcine Belabbès ne compte surtout pas quitter l’APN. Malgré les sollicitations de la rue, le RCD s’entête à y rester.

Pour justifier ce choix qui risque d’attirer les foudres de la rue contre ce parti, le secrétariat national a souligné dans un communiqué qu’il a « instruit ses députés pour continuer et accélérer les contacts entrepris en direction des parlementaires de l’opposition en vue d’adopter une stratégie commune dans la phase actuelle ». Près de deux ans après l’élection législative, aucun contact et aucune action n’est entreprise par les députés dits de l’opposition au sein de l’Hémicycle, y compris durant la crise contre Bouhadja.

Le même communiqué ajoute que « pour le RCD, en plus de la fonction tribunitienne offerte par l’Assemblée nationale à l’opposition d’autres formes d’actions doivent être envisagées ».

« Afin de donner plus d’écho à l’action des parlementaires de l’opposition, il est urgent d’adopter une position commune pour relayer et amplifier l’insurrection citoyenne qui gagne l’ensemble des secteurs socio-économiques, et, de plus en plus, les institutions officielles », a indiqué le communiqué du RCD, qui reconnaît, néanmoins que même les institutions officielles connaissent une saignée, donc pourquoi pas une démission des députés qui se considèrent être de l’opposition.

ce justificatif qui n’en sera pas un réellement, confirme que le RCD n’est surtout pas près de lâcher d’abord, pour cause des privilèges, ensuite, afin de tenter de se greffer sur un mouvement né justement des échecs répétés et celui recommencé de la classe politique, notamment celle qui se considère du camp des démocrates.

A rappeler que le RCD a eu moins de dix députés et il n’a pas atteint le nombre pour constituer un groupe parlementaire afin de proposer des textes de lois.

A propos de l'auteur

Hichem B