Rumeur sur le décès d’Idir, quelques astuces pour ne pas être l’oiseau des mauvais augures

30

De manière cyclique des rumeurs sont propagées pour annoncer tantôt le décès d’une personnalité ou d’un artiste. Avant Idir, Lousif Hammani, le champion de boxe est annoncé comme décédé il y a quelques semaines. Il n y’a pas plus infâme que d’annoncer la mort d’une personne de son vivant, et certains pousse l’infamie jusqu’à appeler la personne visée pour lui demander si elle est bien vivante. Ces basses oeuvres sont la face sombre des réseaux sociaux. Certains administrateurs de pages en mal de reconnaissance, use du mensonge pour augmenter les audiences. Avec autant de scrupules qu’un général algérien, ils jettent l’effroi parmi les familles.

Pour éviter de donner du crédit à ces rumeurs et donner corps à la tragédie, quelques précautions sont à observer.

Ne jamais prendre pour argent comptant des infos balancées de manière sommaire, tel « X est mort ». Le b.a.b.a d’une information doit répondre au moins à trois questions, quand elle est urgente. Et quand elle se veut sérieuse, l’information doit répondre à cinq questions. Qui, quoi, où, quand,comment ce qu’on appelle la méthode QQOQCCP simplifiée.

Sur les réseaux sociaux, avant de partager une info grave, il faut la soumettre à un minimum de vérification. La méthode est simple, tous les réseaux sociaux notamment Facebook ou Twitter comportent des moteurs de recherches. Il suffit de faire une recherche avec trois mots clefs, et analyser le résultat. Si tous les post sont sommaires, que certains opportunistes complètent par un chapelet de citations religieuses, sachez que l’information est douteuse. Une fois le doute installé, allez y sur la page officielle du concerné pour voir si vous pouvez le dissiper, si rien n’est rapporté sachez que le doute subsiste toujours.

Analyser le profil de ceux qui partagent les premiers l’information, s’ils n’ont aucun lien avec la personne ou le métier de journaliste sachez que c’est faux. Sachez qu’un vrai journaliste, hormis ceux de l’APS, d’Ennahar, Echourouq, El Moudjahid et 95% de la presse algérienne,  a encore du sang qui lui monte au visage dans les cas où il est pris à propager une fausse info. Rien que pour ça il va faire tout pour ne pas être désavouer, et puis démentir la mort d’une personne c’est être du côté de la vie.

Ainsi pour éviter de faire le boulot des oiseaux de mauvais augures, cliquez sept fois votre souris  dans « recherche » avant de poster.

Comments
Loading...