Son limogeage est attendu sous peu : pourquoi Abbés Ziri veut rester DSP à Tizi-Ouzou ?

1 217

Connu pour être à la tête d’un réseau qui a fait main-basse sur le secteur de la santé à Tizi-Ouzou, Abbés Ziri est dans de mauvais draps depuis quelques temps. Alors que son limogeage est attendu sous peu, il a multiplié les interventions pour que la tutelle le garde dans son poste de directeur de la Santé de Tizi-Ouzou pour au moins deux autres années.

Son objectif n’est un secret pour personne. Récemment, il a chargé Noureddine Ait Hamouda, député à l’APN et représentant du parlement croupion algérien au Parlement européen. Wahab Ait Menguellet, maire de la ville de Tizi-Ouzou, proche du RND, était également de la délégation qui s’était rendue au ministère de l’Enseignement supérieur pour plaider la cause d’Abbés Ziri auprès du secrétaire général du ministère. (Lire l’article).

Néanmoins, les interventions d’abbés Ziri et de sa femme n’ont pas donné, du moins pour le moment, leur fruit. Le DSP vient d’être instruit de rembourser 3 ans d’indues primes qu’il percevait de l’université de Tizi-Ouzou. Ces primes, versées pour les enseignants et les encadreurs, bénéficient à Abbés Ziri alors qu’il est nommé directeur de la Santé. Il a bénéficié, également, de primes en tant que chef de service du service psychiatrie à l’hôpital psychiatrique d’Oued Aïssi. En tout, il a eu 5 primes équivalents à quelques 300.000 DA qu’il percevait durant de longues années sans pour autant les méritait.

La dernière fois, le contrôleur financier a refusé de signer le salaires des fonctionnaires de l’université pour cause de ces indues primes versées à, entre autres, Abbés Ziri. Ce dernier, ancien directeur de l’hôpital psychiatrique, ensuite, celui du CHU de la ville serait, selon des indiscrétions, celui qui aurait signé le certificat de bonne santé mentale à Abdelaziz Bouteflika pour son 4eme mandat et même pour son dossier de candidature pour le 5eme mandat avorté.

Il faut noter que les enfants d’Abbés Ziri suivent leurs études dans des pays européens. D’aucuns s’interrogeaient sur « les capacités » d’un directeur d’hôpital à faire face à toutes ces dépenses. La réponse est peut être dans cette « envie » du concerné d’occuper encore le poste de directeur de la santé de la wilaya de Tizi-Ouzou. Un poste qu’il a eu grâce, entre autres, à l’entremise des services de renseignements, mais aussi d’un député dit de l’opposition, propriétaire d’une clinique en ville.

Selon des indiscrétions, une enquête serait diligentée sur la mise sur pied d’une grande clinique dans la ville des Genêts. Le matériel

Comments
Loading...