Un no-think-tank nommé Gaïd Salah

24

Disparu des écrans depuis une dizaine de jours, suite à une hypertension aiguë. le chef des armées Ahmed Gaïd Salah est revenu ce mardi 15 octobre dans un discours devant les éléments des forces navales. Dans une langue de bois d’ébène, le général s’en remet à Allah et le prend en témoin contre ceux qu’il qualifie de « bande » et qui essayent « de manipuler le peuple algérien et de le dévier de sa ligne nationale sincère ». 

Il a consacré les trois quarts de son discours aux élections du 12 décembre 2019, et se félicite de « l’engouement » de la jeunesse à « s’acquitter » de sa tache et de son devoir envers la patrie. Alors que les rassemblements de soutien à sa démarche n’excédent pas la cinquantaine de personnes, dont les policiers et les gendarmes, c’est à se demander sur quelle réalité politique il se base pour demeurer optimiste quant à l’issue des élections de décembre.

Donné pour résigné et sur le départ, le chef d’état-major, est revenu plus têtu que jamais à ressusciter le « système ». Au nom  d’Allah, de la révolution et du peuple, jamais une élection présidentielle n’a imploré autant les voix du ciel, faute d’avoir celles du peuple.

 

 

Comments
Loading...