URK, les réformateurs résistent aux tentatives de déstabilisation

40

Depuis l’expiration du mandat du secrétaire général et de son staff le 24 octobre dernier, le mouvement pour une république de Kabylie, URK subit une OPA de la part d’un ancien dirigeant accroché à son poste. Opposé à une alternance démocratique au sein de l’instance dirigeante, arrachée de haute lutte lors du congrès constitutif, il multiplie les attaques contre la majorité écrasante du conseil national. Cette instance est la seule habilitée à désigner la nouvelle équipe dirigeante du mouvement. Composé en majorité par des jeunes avec une moyenne d’âge ne dépassant pas 40 ans, cette instance souveraine et responsable continue à travailler dans la légalité pour mettre en place la nouvelle instance dirigeante du mouvement.

Relayées par un site internet, propriété du meneur de cette OPA, des communiqués fallacieux sont diffusés au nom d’un secrétariat général qui n’existe plus. Ces communiqués ne sont qu’une usurpation de fonction formulés avec insulte et l’invective. Des pales copies alliant complotisme de la défunte sécurité militaire et procédés putschistes sont reproduites pour discréditer les membres du conseil national.

Malgré leur jeune âge, les membres de l’URK implantés en Kabylie n’ont pas répondu à cette tempête dans un verre d’eau et continuent sereinement leur mission de remettre le mouvement sur des bases saines. Ils mettent un point d’honneur à ne pas retomber dans les travers d’une époque révolue, et lancer leur propre mouvement. Leur souci majeur est de réimplanter et de façon durable le combat souverainiste kabyle en Kabylie.

La mission de l’URK relève de l’intérêt national kabyle, le préserver est un acte patriotique qui nécessite des fois des sacrifices. Si pour l’atteindre il faut froisser ou stopper net les carrières politiques de certains, l’URK n’hésitera pas une seconde. Il est révolue le temps où la Kabylie est utilisée pour l’auto-promotion, les hommes et les femmes de l’URK travaillent à donner pour la Kabylie et non le contraire.

 

Comments
Loading...